نقابة الممرضات والممرضين في لبنان
تابعونا
14 novembre 2014 – Le Conseil international des infirmières (CII), très préoccupé par la crise liée à la maladie à virus Ébola, appelle les autorités à garantir la sécurité du cadre de travail du personnel infirmier travaillant dans les pays concernés par l’épidémie.

Pendant sa réunion du 4 au 6 novembre 2014, le Conseil d'administration du Conseil international des infirmières a souligné le risque de santé publique majeur que constitue l virus d’Ébola. Il a mis en avant, à cet égard, la nécessité de renforcer les mesures de sécurité, de mettre à la disposition du personnel le matériel de protection adéquat et de dispenser les formations nécessaires. Le Conseil d’administration du CII a également plaidé pour une participation active des personnels infirmiers aux prises de décisions à tous les niveaux.

M. Paul Pace, membre du Conseil d’administration du CII, a observé à ce propos que « les politiciens et les organisations internationales sont davantage préoccupés par des considérations politiques et par la volonté de rassurer l’opinion publique que par l’intérêt réel et le bien-être du personnel infirmier, qui est en première ligne des soins aux patients touchés par le virus d’Ébola ».

Dans presque tous les pays, les services infirmiers et obstétricaux représentent, selon les estimations, plus de 80% des services de soins de santé1 C’est pourquoi le personnel infirmier est particulièrement exposé au risque d'infection par le virus Ébola pendant la prise en charge des patients : selon l’Organisation mondiale de la Santé2, 564 travailleurs de soins de santé ont été infectés par ce virus au 10 novembre 2014, dont 320 sont décédés.

Le Conseil d’administration du CII exprime sa solidarité et son soutien aux infirmières et aux infirmiers qui prodiguent leurs soins aux patients et aux communautés affectés par la grave crise de santé publique due à la maladie à virus Ébola. En particulier, le CII souligne qu’il faut mobiliser un soutien pour les familles des travailleurs de santé décédés en luttant contre cette maladie : le sacrifice de leur vie qu’ils ont consentis en prenant soin d’autrui prive en effet leurs proches et leurs enfants de toute sécurité financière pour l’avenir.



 
© Order of Nurses in Lebanon. All Rights Reserved.Designed by Surfface developed by MindField